La FIDL, depuis sa création en 1987, agit pour défendre les intérêts des lycéens.

Elle s’est illustrée dans de nombreux mouvements sociaux, entre autres :

En 1987, contre la loi “Devacquet” qui instaurait la sélection à l’entrée de l’université,

En 2006, contre la loi CPE qui précarisait l’entrée des jeunes sur le marché du travail,

En 2016, contre la “loi travail”,

En 2018 contre la loi ORE qui instaurait une sélection à l’entrée à l’université,

En 2019 contre la réforme du bac et le Service National Universel.

 

Aujourd’hui, nos revendications sont simples : Fin de la sélection à la fac, abandon de la réforme du bac, fin des licenciements dans l’éducation, limitation à 25 élèves par classe au lycée et abandon du Service National Universel, qui, sous des airs de service civique, veut simplement mettre au pas la jeunesse.

Nous refusons les politiques néolibérales d’austérité qui ne considèrent plus l’éducation comme un droit public mais comme un produit de consommation. Nous refusons la casse du service public, les classes surchargées, les conditions de travail déplorables pour les professeurs, les lycées en ruine et les inscriptions saturées. Nous refusons le discours élitiste, qui prône la sélection à l’université qui, sous des airs de sélection au mérite, n’est qu’une sélection sociale.

Nous agissons de plusieurs manières : évènements, manifestations, rassemblements, campagnes en ligne ou dans les lycées, organisation de réunions, partage d’infos via les réseaux sociaux…

 

Pour que l’éducation assume pleinement son rôle de service public,

Pour que nos droits soient respectés,

Pour stopper les politiques ultralibérales et destructrices,

Ne nous regardez pas, rejoignez-nous!